Désirs, émotions, l’hédonisme revisité

Vers le plaisir

L’activité d’un organisme est un « usage de soi par soi » [1]. Elle est orientée par son système des émotions qui s’est sélectionné au cours de l’évolution des espèces, parce que la mémoire des émotions favorise la survie et la reproduction de l’être qui est doté de ce système.

Le système des émotions traduit en désir ou en appréhension, en dégoût, en peur… la variation d’un paramètre homéostasique [2] et/ou une modification d’un taux hormonal [3] et/ou une interaction probable avec une chose ou un être qui entre dans les champs de ses capteurs sensoriels.

Un désir est l’anticipation d’un plaisir probable. L’aversion celle d’un désagrément plausible, la peur une douleur prévisible. La variation hormonale produite par la satisfaction d’un désir, que le système des émotions traduit en plaisir, apaise l’activité de l’organisme, jusqu’à ce qu’un nouveau désir naisse. Celle qui vient d’une frustration l’active momentanément, jusqu’à ce que le plaisir convoité l’apaise. Une autre venant d’une douleur fait paraître le plaisir inaccessible, tout comme une frustration répétée… Le système des émotions attribue une connotation émotionnelle à chaque épisode vécu par l’organisme.

Pour lire tout le texte : désir_emotion